Le déisme

1992 : LE DEISME

Notre fils devait suivre une cure thermale contre la sinusite.

Nous nous sommes installés pour trois semaines dans une location à proximité de Cauterets dans les Hautes-Pyrénées.

Bien sûr, avec la montagne à portée de main, j’allais pouvoir satisfaire mes besoins d’évasion mais celles-ci seraient limitées du fait des soins quasi-quotidiens dans l’établissement thermal.

Nous avions pris rendez-vous auprès d’un médecin de Cauterets parmi d’autres, démarche préalable pour suivre une cure.

Dans la salle d’attente, j’ai ramassé un numéro spécial de "Sciences et Avenir" qui traitait de l’Univers, sa formation, son expansion, son évolution, son devenir et concluait par des articles sur le principe anthropique et le Dessein Intelligent.

Le déisme

Que faisait cette revue dans une salle d’attente où l’on trouve d’ordinaire des magazines de beauté et autres accessoires ?

J’ai conservé la revue et, pendant les trois semaines qui ont suivi, en attendant mon fils dans les salles de cure, je lisais et méditais les articles les uns après les autres.

Très scientifiques dans un premier temps, les derniers articles abordaient un angle plus philosophique : notre univers a-t-il une raison d’être ?

Un Dessein Intelligent est-il à l'origine de son existence ?

Au regard des conditions qu’il fallait réunir pour que l’univers subsiste plusieurs milliards d’années au lieu de s’effondrer sur lui-même ...

... pour qu’il ne se refroidisse pas en quelques millions d’années ...

... pour qu’il comporte au moins une planète viable ...

... pour que la vie apparaisse à sa surface ...

... pour qu’elle puisse se développer et conduire à une espèce évoluée ...

... pour que celle-ci ait la conscience d’exister et de s’appeler : l'être humain ...

... la probabilité que tout ceci ait pu s’accomplir du fait du hasard et de la nécessité est tellement infime qu’inconcevable.

Le déisme

Pourtant c’est bien cette infime probabilité qui s’est accomplie puisque nous sommes là, vivants et conscients, capables d’observer le passé et d’imaginer le futur.

En d’autres termes : il fallait que tout ceci s’accomplisse !

En rentrant de Cauterets, je regardais le ciel d’un autre œil.

J’avais pris conscience que, sans l’humanité, il n’y aurait peut-être personne pour observer l’univers.

Ne sommes-nous pas la conscience de cet univers matériel ?

Le déisme

En ce cas, l’existence de cette conscience pouvait fort bien être le produit d’une volonté supérieure, d’un Dessein Intelligent.

Je venais ainsi de franchir le pas du déisme : j’admettais l’existence potentielle d’une intelligence supérieure.

Pour un enfant issu d’un milieu athée, qui s’était développé à l’écart de toute idéologie religieuse, c’était une révolution spirituelle.

Ce tournant de la conscience, sans faire de moi un "croyant", m’orientait sur une voie nouvelle.

Cependant, il me faudrait encore près de douze années de recherche et de questionnement pour aboutir enfin à la foi en Dieu.

Le déisme

Il peut sembler surprenant que ce soit à la faveur de la lecture d’une revue à caractère scientifique trouvée "par hasard" dans la salle d’attente d’un médecin que le dessein intelligent ait pu me toucher.

Je n’étais pas encore en mesure d’apprécier à quel point « Dieu parle cependant, tantôt d’une manière, tantôt d’une autre ... » (Livre de Job 33.14)

Mais, vu le milieu familial matérialiste d’où j’étais issu (Souvenir de 1959 : "Joël au désert"), il me fallait en passer par là pour découvrir à terme la révélation de Jésus Christ.

Le déisme n’était qu’une première étape, une porte ouverte sur un autre monde ...

< < < Retour à l'accueil < < < Page suivante > > > 1993 : la crise de Joël > > >