LES SOUVENIRS D'UN COUREUR

Pour Joël, la montagne et la course à pied

offraient de longues heures de contemplation

et de méditation ...




La course à pied

1989 : La course à pied


Le pétrole

1991 : Le pétrole


La crise de la quarantaine

1993 : La crise de Joël


Toucher le fond

1995 : Joël touche le fond

A LA FIN DES ANNEES 80, et dans les années qui ont suivi, Joël s'isole de plus en plus.

La montagne et la course à pied lui offrent de longues heures de contemplation et de méditation.

Progressivement, la pratique du sport lui ouvre l'esprit vers d'autres horizons.

Les sports collectifs permettent à l'individu de s'extérioriser et d'observer le comportement des équipiers ou de l'adversaire.

Les sports individuels orientent la conscience vers la perception intérieure et l'interprétation qui peut en résulter.

Cela n'implique pas pour autant de se couper du monde mais peut conduire à mieux le comprendre.

On peut ainsi passer de l'observation du milieu naturel ambiant à une réflexion globale sur l'origine de l'univers.

Le tournant de la quarantaine allait donner un premier coup de frein à son activité sportive.

Il ne va pas pour autant s'enfermer entre quatre murs.

Mais la première phase de sa vie, dominée par la dimension physique, allait progressivement céder le pas à une seconde phase tournée vers la spiritualité.

Il lui faudrait cependant traverser un certain nombre d'épreuves pour approfondir cette nouvelle dimension.

Après avoir touché le fond en 1995, il allait progressivement remonter la pente en se tournant vers l'Orient. Yoga, bouddhisme, zen et méditation lui ont permis de franchir la porte d'un monde intérieur.

Joël poursuivait ainsi son exploration de l'inconnu pour élargir le champ de ses références ...

A.P.


Le marathon

1990 : Le marathon et le trail


Le déisme

1992 : Le déisme


La maison

1994 : La maison


Le yoga

1996 : Le yoga

< < < Retour à l'accueil < < < Période suivante > > > 1997 à 2004 : Souvenirs d'un rêveur > > >