L'Eglise

Juillet 2004 : L'EGLISE

Nous étions tous deux chrétiens.

Mais qu’est-ce que cela veut dire ?

Ma future épouse avait été baptisée dès son enfance selon le rituel catholique, le catéchisme avait suivi jusqu’à la communion solennelle.

Puis les aléas de la vie et l’adolescence l’avaient détournée bien loin des voies de Dieu comme c’est souvent le cas.

Ce qu’elle avait connu, c’était une religion au travers d’un ensemble de pratiques plus ou moins fondées sur la Bible.

Mais être chrétien n’est pas une religion.

C'est une relation avec Dieu grâce à la personne de Jésus Christ au travers de l’Esprit Saint qu’Il a envoyé aux disciples depuis la première Pentecôte.

Peu importent les dénominations religieuses, la foi transcende les querelles de chapelles.

L'Eglise

L’un comme l’autre nous étions en quête d’une Eglise, c’est-à-dire d’une assemblée, selon le sens étymologique de ce mot qui, dans son sens premier, ne désignait pas un bâtiment mais un groupe de croyants.

Nous voulions être baptisés conformément aux premiers temps de l’Eglise, un baptême adulte qui soit l’expression de notre foi commune, un baptême par immersion dans l’eau puisque le mot grec baptizein signifie immerger.

Et surtout, nous voulions que Dieu soit associé à notre union car « la corde à trois fils ne se rompt pas facilement » (Ecclésiaste 4.12).

J’avais connu deux mariages civils qui s’étaient achevés par deux divorces.

La corde a deux fils ne résiste pas, il suffit de tirer sur un brin pour que le couple se sépare.

L'Eglise

C’est une amie de ma future belle-mère qui lui a parlé d’un Centre Chrétien et nous nous y sommes rendus la première fois au début de l'été 2004.

Quel fut mon étonnement en franchissant le seuil de ce lieu évangélique : de la lumière, un orchestre sur une estrade, des dessins d’enfants sur les murs ...

Rien à voir avec les mornes églises que j’avais pu visiter, pas de chemin de croix, pas de représentations plus ou moins idolâtres de la vierge ou des saints.

Seulement une croix ... sans le Christ, qui n’a rien à y faire puisqu’Il est ressuscité, comme cela m’avait été révélé un an auparavant (Souvenir de 2003 : "le Christ de Zadkine").

L'Eglise

L’assemblée était jeune ... sans rapport avec ces églises qui accueillent une majorité de personnes âgées.

Des enfants couraient dans les allées pendant la louange animée par un groupe dynamique avec des temps de pause pour la prière où les proclamations de foi à haute voix.

Car ici la parole n’était pas réservée, chacun pouvait exprimer ce qu’il ressentait.

J’entendis quelqu’un parler un langage inconnu ... c’était une manifestation du parler en langues, un don de Dieu selon la Bible qui est peu pratiqué de nos jours car la plupart des dénominations considèrent que ces dons ont disparu avec le temps des apôtres.

L'Eglise

C’est au début du mois de juillet, pendant la louange, que j’ai ressenti une étrange sensation le long de la colonne vertébrale.

Etait-ce un frisson en plein été ? Un courant électrique ? Mais comme c’était agréable ...

Cette manifestation s’est répétée ponctuellement par la suite, puis de plus en plus fréquemment au fil des années lorsque j’ai appris à comprendre les circonstances dans lesquelles cela se produisait.

Lorsque j’en ai parlé à ma future épouse, elle me dit : "C’est l’onction".

Je ne savais pas ce que cela voulait dire.

Personne ne m’avait passé de l’huile dans le dos ?

J’ai appris ensuite qu’il s’agissait du revêtement de l’Esprit Saint.

Concrètement, j’ignorais tout des dons de l’Esprit mentionnés dans la Bible, mais je venais de faire l’expérience de Sa présence au sein d’une assemblée de chrétiens.

Par l’onction de l’Esprit Saint, une relation personnalisée se développait avec Jésus.

« Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d'eux. » (Evangile selon Matthieu 18.20)

< < < Retour à l'accueil < < < Page suivante > > > Octobre 2004 : la Bible > > >