Le hasard : Dieu ne joue pas aux dés !

6 septembre 2005 : LE HASARD

Le hasard se définit comme une circonstance imprévue ou imprévisible ou comme une cause d’évènements apparemment fortuits ou inexplicables.

La coïncidence est un synonyme du hasard ... mot dont l’origine est arabe puisque "az-zahr" signifie dé ou jeu de dés.

On prête à Jean Cocteau, mais aussi à Einstein cette phrase :

"Le hasard, c’est la forme que prend Dieu pour passer incognito."

Albert Einstein aurait aussi affirmé : "Dieu ne joue pas aux dés !"

Le hasard

Je serai tenté de dire que Dieu se joue du hasard pour nous adresser parfois quelques clins d’œil et l’histoire de la naissance de mon fils, le 6 septembre 2005 à 19 heures 7 minutes en est une illustration.

Quinze jours après sa naissance je me rendis au culte lorsqu’une femme s’approcha de moi avec un landau, toute fière de me présenter sa petite Gaëlle "née le 6 septembre 2005 à 19 heures 07".

Dans un premier temps, j’ai cru qu’elle me parlait de mon fils avant de réaliser, pendant qu’elle s’éloignait dans l’église, que sa fille était née en même temps que mon fils, le même jour, à la même minute.

Que signifiait ce hasard ?

Une telle coïncidence est-elle possible ?

Le hasard

Notre Eglise est jeune ... il y a eu 7 naissances au second semestre 2005 pour 250 membres de notre communauté chrétienne, qui ont rejoint les 807 400 naissances de l’année 2005 en France.

Sachant qu’une année de 365 jours compte 8 760 heures, cela équivaut à 525 600 minutes.

En conséquence, il n’y a pas en France 2 naissances à la minute mais 1,5 naissance.

Or non seulement ces deux naissances simultanées se sont produites dans la même ville, mais il m’a été donné de découvrir peu après cet évènement ... pourquoi ?

J’ai d'abord voulu approfondir le champ des probabilités.

Il y avait 63 millions d’habitants en 2005 qui ont généré 807 400 naissances.

Pour avoir deux naissances simultanées, il aurait fallu 63 millions / 1,5 >< 2 = 84 millions d’habitants.

Le hasard

La probabilité d’avoir ainsi 2 naissances simultanées est de 1 pour 84 000 000.

Mais comment calculer la probabilité pour qu’un tel phénomène se produise au sein d’une assemblée chrétienne de 250 membres ?

Il y avait dans tout ceci un sens caché que j’ai cherché pendant deux mois.

Je comprenais fort bien que Dieu ait ainsi voulu manifester Sa présence incognito là où Il le veut, quand Il le veut et comme Il le veut.

Mais je restais quelque peu sur ma faim jusqu’au jour où j’ai pensé que 19 heures 07 pouvait se résumer en 19.07.

Ceci pourrait fort bien correspondre à un chapitre et un verset biblique.

Il fallait que le livre compte au moins 19 chapitres et j’ai aussitôt pensé au livre de l’Apocalypse où j’ai trouvé :

« Réjouissons-nous et soyons dans l'allégresse, et donnons-lui gloire ; car les noces de l'agneau sont venues, et son épouse s'est préparée ... » (Apocalypse 19.07)

Le hasard

Comment comprendre ce message ?

D’un côté, deux enfants nés le même jour, de l’autre un texte qui annonce un festin de noces ... ces deux enfants sont-ils destinés à se retrouver un jour ?

Les années se sont écoulées et Gaëlle est partie ainsi que ses parents ... mais le temps de leur éventuelle rencontre n’est pas encore venu.

J'ai eu aussi une interprétation symbolique de ce "hasard" : ces deux enfants représentent l'alliance à venir entre l'agneau (Jésus) et l'épouse (l'Eglise).

Et si je me suis trompé, il n’en demeure pas moins que le temps des noces de l’agneau avec son épouse arrive à grands pas.

Alors, réjouissons-nous !

« Pour ce qui est du jour et de l'heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul. » (Evangile selon Matthieu 24.36)

Soyons certains qu’Il connaît le jour, l’heure et même la minute à laquelle cela s’accomplira.

Et ce ne sera pas un hasard !

< < < Retour à l'accueil < < < Page suivante > > > 2005 : Esaïe 58 > > >