Le Nom de Dieu

1953 : LE NOM et le prénom

Dans le judaïsme, le nouveau-né, circoncis au huitième jour, se voit reconnaître officiellement par la Communauté d’Israël. C’est en ce jour qu’un nom lui est attribué.

Jésus a reçu son nom conformément à cette tradition (Evangile selon Luc 2.21).

« Au terme de huit jours, Il fut circoncis et appelé du nom de Jésus,

comme l'ange L'avait nommé avant Sa conception. »

Mais la plupart des parents s’interrogent avant la naissance de leur enfant sur le nom qui lui sera donné.

La Bible reflète une tradition ancienne qui consistait à donner du sens au nom de l’enfant.

Le premier homme selon la Bible, Adam, tire son nom de la terre, "adama" en hébreu parce que : « l’Eternel Dieu modela l’homme avec de la poussière prise du sol » (Livre de la Genèse 2.7).

Le choix du nom pouvait ainsi donner un sens particulier à la vie d’un individu.

Le Nom

De nos jours, ce choix peut résulter de facteurs très variables et d’influences diverses.

En 1953 ma mère voulait m’appeler Joël parce qu’elle avait vu un bébé qui portait ce nom et qui lui avait plu.

Etait-ce un hasard ?

Mon père n’était pas d’accord car on ne saurait pas, en prononçant ce nom, si j’étais un garçon ou une fille.

Effectivement, que l’on entende Joël ou Joëlle ne permet pas d’identifier le sexe de l’individu.

Ma grand-mère est passée par là en proposant un autre prénom qui m’a toujours été indifférent.

Le Nom

Quand ma mère ma raconté cette histoire, le nom de Joël m’a interpellé bien avant d’en connaître la signification.

J’ai même envisagé de le revendiquer. Qu’est-ce qui m’attirait en Joël ?

Après en avoir découvert le sens, j’ai compris ce que je ressentais.

Joël vient de l’hébreu.

La première syllabe correspond à la première consonne "Jod" du nom de Dieu JVHV que l’on traduit souvent par Eternel.

La seconde syllabe "El" correspond au premier nom de Dieu qui apparaît dans la Bible : Elohim.

Joël exprime donc une conviction de foi par l'addition de ces deux syllabes : « L’Eternel est Dieu ».

Le Nom

A quoi bon affirmer ce qui peut sembler évident ?

Au vu des multiples commentaires qui ont alimenté la littérature rabbinique et chrétienne sur ce thème, il est évident que beaucoup se sont interrogés sur le fait que Dieu soit d’abord appelé :

- « Elohim » de Genèse 1.1 à 2.3, que l’on traduit le plus souvent par Dieu,

- « Jvhv Elohim » de Genèse 2.4 à 3.24, soit l’Eternel Dieu,

- « Jvhv » apparaît ensuite seul au chapitre 4.

JHVH c’est le tétragramme sacré pour les Juifs formé de quatre consonnes imprononçables.

Par la suite, Dieu est désigné par d’autres qualificatifs mais « Elohim » et « Jvhv » sont employés plusieurs milliers de fois dans la première partie de la Bible (Ancien Testament).

Le Nom

Je crois ainsi que ma relation avec mon Créateur a commencé par le nom qui m’était réservé selon Son dessein bien avant ma naissance : Joël.

Pourquoi ?

Parce qu’il faut que des voies se lèvent pour proclamer en tout temps : « L’Eternel est Dieu » !

Quant à moi, héritier de ce message, il m'incombe de lui donner corps et de déclarer comme l'écrivait Saint Paul dans sa première épître aux Corinthiens (9.17) :

« Si je le fais de bon cœur, j’en ai la récompense ; mais si je le fais malgré moi, c’est une charge qui m’est confiée.

Quelle est donc ma récompense ? C'est d'offrir gratuitement la Bonne Nouvelle que j'annonce ... »

< < < Retour à l'accueil < < < Page suivante > > > 1958 : la chute > > >