Les héros

1960 : LES HEROS DE JOEL

L’humanité a toujours eu besoins de héros ... réels ou imaginaires.

Même la Bible en évoque le souvenir :

« Ce sont ces héros qui furent fameux dans l’Antiquité. » (Livre de la Genèse 6.4)

Dans les années soixante, on parlait beaucoup de la seconde guerre mondiale et les "héros" issus de la Résistance étaient au pouvoir sous la présidence du Général De Gaulle.

J’étais fasciné par cette période de l’histoire, sachant que mon père avait été interné en Allemagne pendant 3 ans et libéré par les Russes après avoir survécu au bombardement anglo-américain de Dresde, qui occasionna plusieurs dizaines de milliers de morts le 13 février 1945.

Pendant une cinquantaine d’années, on a cultivé le mythe du français héroïque, laissant croire aux jeunes générations que presque tous avaient résisté alors que seule une minorité s’est impliquée, la plupart étant surtout soucieux de survivre sous l’occupation.

Il a fallu attendre 1995 pour que Jacques Chirac fasse reconnaître la responsabilité de l’Etat français dans la déportation des Juifs ... cinquante années de silence qui ont favorisé le développement du négationnisme et du racisme sous toutes ses formes.

Les héros

Au début des années soixante, les livres d’histoire de l’école laïque informaient encore les écoliers sur le sort des martyrs chrétiens que l’on jetait aux fauves parce qu’ils refusaient de reconnaître en l’empereur romain un dieu vivant.

Ces images m’ont marqué ... et j’établissais un lien entre ces résistants des premiers temps de l’ère chrétienne et ceux de la seconde guerre mondiale.

J’avais de l’admiration pour ces combattants anonymes de la liberté, mais aucun attrait pour ceux qui avaient su tirer leur épingle du jeu pour accéder ensuite aux fonctions dirigeantes sous la IVème comme la Vème République.

Mes héros d’enfance étaient dépourvus d’ambition.

J’adhérais sans le savoir au principe chrétien d’humilité clairement exposé en ces termes dans l’Evangile selon Luc (chapitre 22, versets 25-26) :

« Les rois des nations qui règnent et exercent le pouvoir sur elles se font appeler bienfaiteurs.

Qu'il n'en soit pas ainsi pour vous.

Que le plus grand parmi vous soit comme le novice et le dirigeant comme le serviteur. »

Les héros

Par la suite, dès l’adolescence, j’ai milité dans des organisations politiques, syndicales ou associatives manipulées en sous-main par des politiques.

Ce sont ces dirigeants qui, pour la plupart, entendent se faire passer pour des bienfaiteurs de l’humanité. En fait ils recherchent la satisfaction de leur ego.

L’esprit de sacrifice et de service envers les autres, le dévouement existe chez beaucoup de militants ... mais à la base.

Ceux qui gravissent les échelons de la hiérarchie en jouant des coudes ne sont pas les meilleurs mais les plus ambitieux.

Les plus honnêtes se verront manipulés par d’autres responsables dépourvus de scrupules.

Et les plus honnêtes seront prêts à couvrir les malversations de leurs proches pour ne pas nuire à l’image de leur parti, syndicat ou autre formation.

Dans ces conditions, qui aurais-je pu honorer comme un héros ?

Les héros

Les héros imaginaires de mon enfance ne pouvaient se matérialiser jusqu’au jour où j’ai compris qu’un seul méritait les honneurs et l’adoration parce qu’Il avait su se faire serviteur de tous au point même de leur laver les pieds !

Ainsi, l'Evangile selon Jean (chapitre 13, verset 5) nous relate cet évènement :

« Ensuite, Il versa de l’eau dans un bassin et commença à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge dont Il était ceint. »

Qui a fait cela ?

Jésus !

J’ai ainsi pu honorer le plus humble des héros.

Les héros

Le Roi de l’univers est même devenu notre serviteur en donnant Sa vie en sacrifice pour expier nos péchés et nous sauver.

Honorer Jésus, notre héros, c’est honorer Dieu.

C’est ainsi que nous accomplissons le plus grand commandement donné à Moïse :

« Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de tout ton être, de toute ta force. » (Deutéronome 6.5)

< < < Retour à l'accueil < < < Page suivante > > > 1961 : les devoirs et les droits > > >