Yin et Yang

1979 : UN DIVORCE

Dix-huit mois après notre mariage, nous nous sommes séparés.

La fin de notre relation était prévisible : nous n’étions pas faits pour vivre ensemble.

Ce sera un divorce à l’amiable, une histoire qui s’achève sans passion après avoir été vécue sans amour.

De nos jours 45 % des mariages finissent par un divorce.

Il y avait 45 000 divorces en 1972 ... il y en a maintenant 130 000 par an.

L’infidélité est la première cause des divorces ... mais pas la seule.

Elle peut aussi servir de prétexte.

Yin et Yang

Ce divorce aurait pu se fonder sur l’infidélité de mon épouse par deux fois en 1978 et 1979 ... mais son infidélité était le fruit de son insatisfaction et je ne pouvais lui en vouloir.

J’ignore si elle a trouvé l’âme sœur par la suite et j’ai souhaité qu’elle réussisse sa vie tant sur le plan sexuel, affectif, émotionnel ou dans tout autre domaine.

"Nous n’étions pas faits pour vivre ensemble ...", mais qu’est-ce que cela peut vouloir dire être faits pour vivre ensemble ?

La question de la complémentarité des individus me vient à l’esprit avec pour illustration le symbole du Yin et du Yang.

Cette notion de complémentarité est propre à la pensée orientale qui conçoit plus volontiers la dualité sous forme de complémentarité.

Yin et Yang

Elle trouve toutefois son approche occidentale sur le plan des rapports humains avec cet enseignement de Jésus :

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même ».

Car en plaçant l’autre à égalité de soi, notamment dans le couple, il y a une complémentarité de fait.

Mais si l’on passe de la complémentarité à la dualité, un autre principe va régir le couple : celui de duel, de confrontation.

En ce cas le couple, qui était peut-être initialement complémentaire, dérive en couple conflictuel pour finir par un divorce ou, et c’est peut-être pire, une agonie sans fin de deux êtres qui vivent sous un même toit mais ne se parlent plus.

Yin et Yang

Comment réussir l’exploit de vivre pendant de nombreuses années dans un couple complémentaire qui ne finisse pas par sombrer dans les conflits ou la lassitude ?

Il faudrait probablement se poser la question en amont, avant de s’engager sous l’effet de la simple attraction entre deux individus qui vont se comporter comme des insensés qui édifient une maison sur du sable.

« La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et ont battu cette maison : elle est tombée, et sa ruine a été grande. » (Matthieu 7.27)

A l’inverse, Jésus oppose dans sa parabole la maison bâtie sur le roc :

« La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison : elle n'est point tombée, parce qu'elle était fondée sur le roc. » (Matthieu 7.25)

C’est donc bien avant de construire un couple qu’il faut en choisir les fondations si l’on veut appliquer cette parabole à nos relations humaines.

Le fait de passer devant un prêtre ou un pasteur n’apportera pas plus de stabilité aux couples.

Car si le mariage n'est qu'un rituel religieux, il est peu probable qu’il s’inscrive dans la volonté de Dieu

Yin et Yang

Mais quelle est la volonté de Dieu ?

Lui avons-nous demandé son avis avant de nous marier ? S'est-il manifesté ?

De tels préalables semblent bien éloignés de nos pratiques courantes.

Nous fonçons tête baissée, n’écoutant que nos pulsions, nos instincts, nos illusions, sans être prêts à accepter que notre partenaire ne réponde pas en tous points aux désirs de notre imagination.

Car la complémentarité dans le couple passe nécessairement par le respect réciproque lors de la découverte du conjoint dans la vie quotidienne.

Nous sommes complémentaires par nos différences et c’est cela qui est enrichissant.

Qui peut donc nous instruire à Ce sujet, si ce n'est Celui qui nous a créés avec nos différences ?

Ainsi, en consultant régulièrement Dieu, Sa présence dans le couple peut rendre celui-ci aussi solide qu'une corde à trois brins ...

« ... et la corde à trois fils ne se rompt pas facilement. » (Ecclésiaste 4.12)

< < < Retour à l'accueil < < < Page suivante > > > 1980 : les Pyrénées > > >