La perestroïka

1985 : LA PERESTROIKA

En quittant la Région Parisienne pour être muté en province, je m’étais bien gardé de rétablir un quelconque lien avec les communistes locaux.

Au fil des années, je me suis éloigné de cette idéologie qui avait dirigé ma vie dans les années 70.

Les réformes entreprises en URSS à partir de 1985 avec la Perestroïka ont engagé une restructuration de l’ensemble de l’Europe de l’Est.

C’est en spectateur plutôt inquiet que j’ai assisté à ces évolutions.

Certes, elles apportaient un souffle de liberté ... mais pour laisser la place à quoi ?

La perestroïka

Car c’est l’ensemble du monde qui a connu une Perestroïka, ce qui signifie restructuration, avec les années 80.

Le bloc soviétique totalitaire s’est effondré ... mais d’autres formes extrêmes ont pris le relais.

L’intégrisme religieux est monté en puissance d’une part, et l’extrême-droite a refait surface notamment en France.

Qui en porte la responsabilité ?

Les promesses non tenues du candidat Mitterrand et de ses successeurs ont poussé une partie de l’électorat populaire vers l’extrême droite qui exploite le racisme et l’impuissance des partis traditionnels face à la crise économique.

Mais il faut aussi se souvenir que Mitterrand, avec le concours de son ministre de la communication, Georges Fillioud, a joué avec le feu à partir de 1982 lorsque la droite s’est mobilisée sur le terrain de l’école privée.

En ordonnant aux chaînes de télévision publiques de faire de la publicité pour le Front National, afin de gêner la droite traditionnelle, Mitterrand et ses stratèges ont sorti l’extrême-droite de l’oubli où elle stagnait avec moins de 1% d’électeurs.

Pour leur part, les mouvements islamistes ont beau jeu d’exploiter la misère imposée aux peuples d’Afrique ou d’Asie, face à l’opulence insolente des pays occidentaux.

Quoi qu’il en soit les forces extrêmes, de droite comme de gauche, athées ou religieuses, n’apporteront rien de bon en imposant leur diktat.

La perestroïka

Alors que faire ?

En 1985, j’étais devenu un spectateur passif de l’actualité, heureux de vivre en famille et de pouvoir jouir d’une vie paisible au contact de la nature.

Trente ans plus tard, mon mode de vie est comparable mais mon mode de pensée a évolué.

Même si je ne suis guère en mesure d’intervenir sur le cours des évènements, je me dois d’observer les signes des temps.

Lorsque Jésus s’est adressé à Ses contemporains, et notamment aux Pharisiens, un parti politique religieux, Il leur a dit notamment :

« Hypocrites ! Vous savez discerner l'aspect de la terre et du ciel ; comment ne discernez-vous pas ce temps-ci ? » (Evangile selon Luc 12.26)

La perestroïka

De tous temps, les hommes, et surtout ceux qui nous gouvernent, ont su observer l’aspect de la terre et du ciel.

Cette observation ne se limite pas aux prévisions météorologiques, elle s’étend à bien des domaines scientifiques, économiques ou politiques.

Pourtant, ils observent en aveugles puisqu’ils se révèlent incapables, ou se refusent, à discerner ce qui s’approche.

Bien que notre terre se dégrade, que les inégalités s’accroissent, que les crises économiques se succèdent avec des tensions internationales croissantes, on continue de nous parler de reprise économique, de justice sociale ou de paix.

« Quand les hommes diront : Paix et sûreté ! Alors une ruine soudaine les surprendra ... » (1 Thessaloniciens 5.3)

La perestroïka

Combien de fois avons-nous entendu parler de paix ... pour apprendre peu de temps après que d’autres conflits avaient éclaté ?

Nous ne pouvons donc faire confiance aux uns comme aux autres lorsqu’ils nous abreuvent de leurs discours lénifiants.

Ils espèrent ainsi nous endormir afin de poursuivre dans l’ombre leur besogne et assouvir leur soif de pouvoir et leur cupidité.

Ecoutons ce que l’apôtre Paul préconisait en son temps pour ne pas nous endormir :

« Mais vous, frères, vous n'êtes pas dans les ténèbres, pour que ce jour vous surprenne comme un voleur ; vous êtes tous des enfants de la lumière et des enfants du jour.

Nous ne sommes point de la nuit ni des ténèbres.

Ne dormons donc point comme les autres, mais veillons et soyons sobres. » (1 Thessaloniciens 5.4-6)

< < < Retour à l'accueil < < < Page suivante > > > 1986 : les Yeux d'Elsa > > >