La terre promise

1983 : LA TERRE PROMISE

« Le pays que vous allez posséder est un pays de montagnes et de vallées, et qui boit les eaux de la pluie du ciel. » (Deutéronome 11.11)

La notion de "Terre promise" est traditionnellement attachée à la terre d’Israël dont les Hébreux devaient hériter selon la Bible.

Cette terre se situe dans le "Croissant fertile" entre la Mésopotamie et l’Egypte, territoires qui vont connaître les premiers développements des civilisations.

Toutefois, le terme de "Terre promise" doit-il être réservé aux Hébreux dès lors que beaucoup d’hommes, de femmes ou de peuples, au fil des siècles, ont pu recevoir des promesses équivalentes ?

La terre promise

Lorsque j’ai pris la décision, en avril 1982, de quitter la Région Parisienne pour m’installer au pied des Pyrénées (Souvenir de 1982 : "la clairière"), n’ai-je pas répondu sans le savoir à un appel vers une terre inconnue ?

Il arrive que certains appels prennent une dimension historique, comme celui que Dieu adressa à Abraham :

« Va-t-en de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père, dans le pays que je te montrerai. » (Genèse 12.1)

En ce qui me concerne, en avril 1982 je m’étais donné jusqu’à la fin de l’année 1983 pour m'installer dans un lieu qui ne m'était pas encore indiqué.

Mais un an auparavant, le 24 décembre 1982, j’avais déjà le feu vert pour être muté dans la commune qui m'était destinée.

Quel merveilleux cadeau de Noël !

Tout le monde ne partageait pas mon enthousiasme.

Tandis que j’espérais cette mutation ... mon épouse croisait les doigts pour que ceci n’aboutisse pas !

La terre promise

Cela se comprend.

Le 20 décembre 1982, pendant mon entretien d’embauche, elle avait circulé pendant deux heures dans un village pratiquement désert sous un morne ciel qui évoquait le spleen de Baudelaire :

"Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle ..."

Mais trois mois plus tard, lors de notre déménagement, le ciel nous a révélé la luminosité du sud.

Après avoir déposé nos meubles, nous avons repris la route vers le nord.

A l’arrière du fourgon que nous avions loué, je regardais les Pyrénées s’éloigner en savourant cette vision :

"Chaque jour de ma vie, je vais pouvoir contempler cela !"

La terre promise

Plus de trois décennies se sont écoulées et, chaque jour de ma vie, je contemple encore cette montagne et tout ce que Dieu m’a donné en m’offrant cette Terre promise.

Pourquoi puis-je en parler ainsi ?

Simplement parce qu’un soir du mois d’octobre 2004, alors que je priais pour le territoire où je réside, j’ai ouvert ma Bible et j’ai pu lire :

« Le pays que vous allez posséder est un pays de montagnes et de vallées, et qui boit les eaux de la pluie du ciel. »

Je ne crois pas être arrivé ici par hasard.

C’est sur cette terre que j’ai fini, après bien des errances, à découvrir la foi.

Je ne sais pas encore tout ce que Dieu attendait de moi en me guidant vers ce pays ... j’en ressens seulement les prémices !

La terre promise

Chaque chose en son temps !

Lorsque je Lui ai demandé, un jour du mois de février 2015, ce que je devais faire à long terme, Il m’a répondu par ce verset :

« Je t’instruirai et te montrerai la voie que tu dois suivre. Je te conseillerai, j’aurai le regard sur toi. » (Psaume 32.8)

N’est-ce pas ce qu’Il a fait depuis ma naissance ?

« Car ceux qu'il a connus d'avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l'image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. » (Epître aux Romains 8.29)

Certes, je suis bien loin d’être à l’image de son Fils : Jésus Christ !

Mais, tout comme le font des millions de chrétiens, sans être parvenus à la parfaite stature du Christ, ne sommes-nous pas en train d’avancer vers Son modèle, de nous tendre vers Son image, afin d’être enfin dignes un jour de vivre ensemble sur notre Terre Promise pour l’éternité ?

< < < Retour à l'accueil < < < Page suivante > > > 1984 : le premier-né > > >