Les Alpes

1981 : LES ALPES

"François Mitterrand est élu Président de la République !"

10 mai 1981 à 20 heures, dans la salle du réfectoire de la Mairie tout le monde s’est rassemblé après le dépouillement des votes pour regarder la télévision.

Vague d’applaudissements, cris de joie, sourires et espérance.

Aucune émotion pour ma part ...

Pendant le discours de Mitterrand, je ne peux retenir quelques sarcasmes à l’encontre de celui qui, de toutes évidences, ne tiendra pas ses engagements.

Comment pourrais-je me laisser bercer par ses promesses ?

N’ai-je pas appris, dans les rangs du Parti Communiste dont j'étais encore membre, et à la lumière de l’histoire du XXème siècle, que les socialistes avaient toujours trahi ?

Les Alpes

Pour sa part, le PCF va emboiter le pas.

Il va s’humilier pour quémander quelques ministres en vue de la vague rose qui va déferler sur la France lors des élections législatives de juin 1981.

Les "sociaux-traîtres" d’hier sont devenus les meilleurs amis du monde de demain.

Comme je n’ai pas le don du double langage, j’ai quitté le PCF à l’automne 1981.

Mais, peu importe, j’avais déjà la tête ailleurs car l’été était arrivé.

J’allais suivre ma bande de copains dans les Alpes pour le mois d’août 1981 où nous avions réservé une location aux portes du Massif des Ecrins.

Les Alpes

Avec les Alpes, le camping à 2 000 mètres n’est plus possible comme dans les Pyrénées car il faut dormir dans des refuges surpeuplés à plus de 3 000 mètres pour atteindre des sommets de 4 000.

Là-haut, les isards se nomment chamois.

Là-bas, les espagnols transfrontaliers cèdent la place aux italiens, anglais, allemands et même japonais venus pour le Mont-Blanc.

Et quand on se croise sur les sentiers alpins, il est rare que les inconnus se saluent ...

L’ambiance des Pyrénées nous a manqué.

En contrepartie, les ascensions se sont multipliées : Cime de la Condamine, Dôme des Ecrins, Roche Faurio, Montagne des Agneaux, Ailefroide Orientale, Pic Coolidge, Mont Pelvoux, Mont Blanc.

Nous étions dix au départ de Saint-Gervais pour le Mont Blanc, nous n’étions plus que trois à 4 807 mètres du fait de mauvaises conditions météorologiques.

Par ailleurs, face aux défections multiples de mes compagnons, je me suis lancé seul vers les sommets de la Roche Faurio, des Agneaux ou du Pic Coolidge.

J’avais découvert une addiction : la montagne !

Les Alpes

Je ne tenais pas en place. J’étais venu pour faire de la montagne et rien d’autre, quitte à partir seul.

J’abandonnais les autres membres du groupe qui allaient faire de la planche à voile sur le lac de Serre-Ponçon.

Par la suite, de 1981 jusqu’en 2003, j’ai vécu les deux tiers de mes 220 ascensions en solitaire.

Plusieurs se sont émus du risque encouru et je trouvais toujours des prétextes plus ou moins valables pour justifier mon comportement.

Partant du principe que je disposais de tous les moyens de l’autonomie (savoir s’orienter et lire une carte, préparer son sac, anticiper, concevoir les menus ... etc.), j’appréciais de pouvoir partir au jour et à l’heure de mon choix, et de savoir aussi renoncer quand l’ascension devenait trop périlleuse.

J’ai failli avoir divers accidents dans les années 80, puis les années 90 furent plus calmes.

J’avais fini par croire que j’étais devenu un montagnard avisé.

Les Alpes

Mais ma dernière escapade pendant l’été 2001 dans le Massif des Ecrins m’a rappelé à l’ordre.

En deux heures, j’aurais pu avoir trois accidents mortels !

Quelques années plus tard, devenu chrétien et plus responsable de mes actes, j’ai cessé mes courses en montagne.

En songeant aux nombreuses fois où j’aurais pu avoir un accident, je me suis demandé s’il n’y avait pas quelques anges à mes côtés pour me protéger.

J’ai prié pour en savoir plus à ce sujet et, ensuite, j’ai ouvert la Bible.

Le premier verset que j’ai lu fut celui-ci : « Prenez donc garde de vous conduire avec circonspection, non comme des insensés, mais comme des sages. » (Ephésiens 5.15)

Je ne sais donc pas si des anges gardiens veillaient sur moi, même s’il est écrit à propos des anges :

« Ne sont-ils pas tous des esprits au service de Dieu, envoyés pour exercer un ministère en faveur de ceux qui doivent hériter du salut ? » (Hébreux 1.14)

Quoi qu’il en soit, le message était clair : j’ai manqué de sagesse pendant toutes ces années.

Même si l’on peut bénéficier d’une protection, il ne faut pas en abuser en s’imaginant que les anges seront toujours au rendez-vous pour couvrir nos comportements insensés.

< < < Retour à l'accueil < < < Page suivante > > > 1982 : la clairière > > >