L'oeil de l'adultère épie le crépuscule ...

1998 : L'ADULTERE

Nous vivions depuis deux ans comme des étrangers sous un même toit.

Après quinze années de vie commune, notre couple était à l'agonie.

Au printemps 1997, mon épouse avait manifesté l’intention de partir avec un homme qui le lui aurait proposé.

Six mois plus tard, elle m’en a reparlé pour m’annoncer qu’elle avait renoncé à s’en aller car celui-ci n’avait pas d’emploi.

Je ne répondais pas ... après tout, ne m’avait-elle pas dit un jour qu’elle ne m’aurait pas épousé si j’avais été éboueur ?

Comme elle s’étonnait de mon silence, je lui demandai simplement :

Et toi, que dirais-tu si je t’annonçais que je veux partir avec une autre ?

Elle me répondit très enjouée :

Pas de problème, et je te souhaite beaucoup de bonheur.

L'oeil de l'adultère épie le crépuscule ...

Je n’envisageais pas un tel départ, même si depuis plusieurs mois une jeune femme me rendait régulièrement visite dans mon bureau.

Cela durait depuis près d’un an.

Au début, simple passage de politesse, puis les visites sont devenues quotidiennes, souvent plusieurs fois par jour.

Je me doutais bien de ses motivations, car j’avais connu des attentions similaires une vingtaine d’années auparavant.

J’avais 45 ans, elle en avait 29, et cela flattait mon ego, mais j’aurais dû insister pour l’en dissuader.

Un soir de janvier 1998, je jouais avec mes deux enfants pendant que mon épouse s’était enfermée dans sa chambre comme chaque soir.

C’était de bonnes soirées, pleines de rires à trois.

J’ai songé que bientôt, avec l’adolescence, cette connivence s’éloignerait.

J’ai alors ressenti le désir d’avoir un enfant.

Ce n’était plus envisageable dans le cadre de mon couple en détresse ... alors pourquoi pas avec cette jeune femme ?

L'oeil de l'adultère épie le crépuscule ...

C’est en février 1998 que j’ai franchi le pas de l’adultère.

Nous sommes allés nous cacher dans un champ, à la tombée de la nuit, à une dizaine de kilomètres de nos domiciles respectifs ... Comme il est écrit dans la Bible :

« L'oeil de l'adultère épie le crépuscule. Personne ne me verra, dit-il, et il met un voile sur sa figure. » (Livre de Job 24-15)

Très rapidement j’ai compris que je ne pourrai pas vivre et avoir un enfant avec cette femme mais c’était trop tard.

Deux jours après avoir informé mon épouse de mon aventure, celle-ci m’a menacé de constat d’huissier et de divorce.

Lorsque je lui ai rappelé qu’elle avait évoqué l’an dernier une liaison avec un homme, elle m’a répondu :

Mais je ne t’ai jamais dit que j’avais couché avec !

C’était exact ... je me suis ensuite demandé si elle n’avait pas tout inventé pour m’inciter à en faire autant.

Et quand j’ai ajouté : Mais tu m’as même encouragé à le faire.

J’ai eu pour réponse : Oui, mais pas celle-là. Il fallait aller chercher ailleurs.

Aurais-je dû lui présenter avant ?

L'oeil de l'adultère épie le crépuscule ...

Trois mois plus tard elle quittait la maison. Ma fille a bien voulu la suivre et mon fils est resté avec moi.

Une procédure de divorce a été enclenchée et mon ex-épouse a obtenu une confortable compensation financière.

Je ne voulais pas qu'elle soit dans le besoin et que ma fille subisse les conséquences d’une allocation trop modeste.

L’avocate qu’elle avait choisie lui dit un jour : Madame, vous n’avez pas à vous plaindre !

Et puis j’avais le sentiment de payer pour avoir la paix : c’était le prix de la liberté.

Mais qu’allais-je faire de cette liberté ?

La liaison que j’avais nouée s’est révélée très tumultueuse.

Elle a duré six ans pendant lesquels chacun vivait chez soi.

Nous ne partagions que les loisirs comme les plaisirs et nous avons connu des moments passionnés.

Mais lorsque je ressentais le vide d’une relation purement charnelle, sans espoir de reconstruire un couple durable, j’essayais de rompre.

Comme elle considérait que je lui appartenais, elle me relançait jusqu’à ce que je cède à ses avances.

Et je cédais volontiers ... « L’esprit est bien disposé mais la chair est faible. » (Evangile selon Matthieu 26.41)

L'oeil de l'adultère épie le crépuscule ...

C'est pendant c'est six années (1998-2004) que mon évolution spirituelle est arrivée à son terme en découvrant les valeurs de la foi chrétienne

Ma prise de conscience m’a donné la force, le 4 avril 2004, de mettre un terme définitif à cette relation issue d'un adultère qui ne menait nulle part (Souvenir de 2004 : "La vision").

Elle n’a pas compris, espérant par tous moyens me récupérer.

Mais cette fois une force intérieure faisait barrage à ses avances.

Elle m’en a profondément voulu et, dans les dix années qui ont suivi, son amertume à mon encontre s’est manifestée par des propos désobligeants ou insultants.

Je n’ai pas réagi et n’ai rien dit.

Comme je la comprends ... pouvais-je lui en vouloir ?

Son agressivité et ses provocations affectaient aussi d’autres personnes de son entourage.

Quand je l’ai connue à 29 ans, j’avais déjà l’impression d’avoir affaire à une "écorchée vive" ... notre rupture, six ans plus tard, n’a fait que raviver ses plaies.

J’ai appris au printemps 2014 qu’elle avait un cancer.

Quelle est la part de l’amertume dans le développement de cette maladie ?

Un an et demi plus tard elle semblait prête à reprendre son activité professionnelle mais la maladie l’a foudroyée en quelques semaines.

Elle n'avait que 47 ans ...

< < < Retour à l'accueil < < < Page suivante > > > 1999 : le bouddhisme > > >