L'homme aux songes

2002 : L'HOMME AUX SONGES

"Nous sommes maintenant 49.

Il nous appartient de reconstruire la maison du Pape qui a brûlé."

J’ai repris le voyage intérieur, diurne par la lecture, nocturne par la traduction.

D’un côté, ce monde structuré dans l’espace, le temps, organisé par des besoins matériels qui ne laissent affleurer que le minimum du Soi : la conscience.

De l’autre, 100 milliards de neurones, des milliers de synapses ...

L'homme aux songes

Et lorsqu’il s’endort, quand le magma s’agite, les cratères bouillonnants le jour laissent échapper, la nuit, leurs laves incandescentes.

Festival de lumières, d’apparitions, de créations "absurdes" où le temps et l’espace n’ont plus de prise.

Dans ce monde déstructuré surgissent les désirs, les peurs, la sagesse et tant d’autres constructions d’un personnage éclaté.

Nous sommes maintenant 49 ?

Non, je suis ces 49.

Seul.

Seul ?

L'homme aux songes

Ce texte a été écrit en 2002 après avoir fait un rêve très bref qui s’ajoutait à ceux que l’homme aux songes multipliait depuis un an.

L’homme aux songes avait 49 ans ... j’en déduisais donc que le rêveur, inconscient, s’associait au conscient : "Nous sommes maintenant 49."

Qu’elle était la mission assignée à ce couple formé entre l’inconscient et le conscient selon l’avis de l’inconscient ?

"Reconstruire la maison du Pape qui a brûlé."

Le conscient aurait pu répondre : "Est-ce mon problème ?"

Je n’étais pas chrétien ... même si un rêve m’annonçait l’an dernier, sans l’avoir compris, que j’étais appelé à être touché par la grâce de Dieu (Souvenir de 2001 : "Carl Gustav Jung").

Pourquoi moi ?

Et les autres ?

Serai-je seul ?

Pouvais-je aller à l’encontre de rêves qui absorbaient mon esprit, pas à pas, comme une marée peut vous submerger ?

Une force me poussait ... me dépassait ... m’incitait à franchir le pas ...

L'homme aux songes

Quinze ans plus tard, il est plus aisé de procéder à l’analyse de ce rêve.

Qu’est-ce qui a brûlé dans la maison du Pape ... mais également dans de nombreuses églises ?

Est-ce les murs ... où ce que l’on devrait y trouver : la foi en Jésus ?

« La pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l'angle. » (Psaume 118.22)

Lorsque Jésus citait ce passage de l’Ancien Testament, Il entendait confondre Ses détracteurs pour leur démontrer à quel point leurs édifices, comme leurs rituels religieux, étaient dépourvus de l’élément essentiel : Jésus, la pierre de l’angle !

Qu’en est-il aujourd’hui ?

L'homme aux songes

Beaucoup de croyants considèrent les bâtiments ecclésiastiques comme des lieux saints.

Mais la Bible enseigne : « Le Dieu qui a fait le monde et tout ce qui s’y trouve, c'est le Seigneur du ciel et de la terre. Il n’habite pas des sanctuaires faits de mains d’hommes. » (Actes 17.24)

Ainsi est-il recommandé aux croyants de ne pas s’attacher à des pierres mortes mais à Jésus, pierre vivante :

« Alors, approchez-vous de Lui, pierre vivante, rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu. » (1 Pierre 2.4)

Et ceci afin d’établir une relation spirituelle par la foi :

« Et vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez une maison spirituelle pour un saint sacerdoce, afin d’offrir des sacrifices spirituels agréables à Dieu par Jésus Christ. » (1 Pierre 2.5)

C’est ainsi que chacun peut "reconstruire la maison du Pape qui a brûlé", non par des rituels, mais à l’intérieur de soi, en esprit et en vérité :

« Car l'heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. » (Evangile selon Jean 4.24)

< < < Retour à l'accueil < < < Page suivante > > > 2003 : Le Christ de Zadkine > > >