Le dalaï-lama

1999 : LE BOUDDHISME

Mon premier c'est désir

Mon deuxième du plaisir

Mon troisième c'est souffrir

Et mon tout fait des souvenirs ...

Les paroles de cette chanson déclinent à leur façon ce principe du bouddhisme :

"Le Bouddha, en renonçant, découvrit les quatre nobles vérités. C'est-à-dire la souffrance inhérente à la vie, la cause de cette souffrance qui est le désir, l'avidité, l'attachement. Il découvrit la possibilité de se libérer de la souffrance, qui est la cessation du désir, de l'avidité, de l'attachement."

Le bouddhisme préconise la voie du milieu, entre ascétisme austère et attachement excessif aux biens de ce monde.

Cette approche philosophique a largement contribué à mon évolution à la fin des années 90.

Les cinq années passées à lire de nombreux ouvrages, notamment sur le bouddhisme tibétain, m’ont aidé à relativiser les problèmes rencontrés au quotidien.

Le dalaï-lama

Toutefois, l’optique du renoncement avec l’attente du nirvana, qui signifie "extinction", ne répondait pas à mon aspiration profonde.

De ce fait, l’approche religieuse du bouddhisme ne m’inspirait pas.

Je ne croyais pas au cycle des morts et des renaissances avec la transmigration du karma, ni à la réincarnation.

Je voyais dans les pratiques cultuelles un folklore comparable aux autres pratiques cultuelles religieuses : les bouddhistes font tourner des moulins à prières, les catholiques font leur signe de croix, les musulmans s’inclinent vers la Mecque ...

Ceci ne correspondait pas à ma quête de la vérité.

A la faveur de la lecture d’un ouvrage intitulé "Le Dalaï-Lama parle de Jésus", j’ai relevé cette formule d’un moine bénédictin, Laurence Freeman :

"C’est en cherchant la Vérité que l’on trouve l’illumination, non en la proclamant."

Le dalaï-lama

Ce livre exprime la volonté de dialogue entre chrétiens et bouddhistes et se réfère fréquemment aux Evangiles.

C’était une porte ouverte sur la quête de la Vérité, loin des replis sectaires qui contaminent la plupart des systèmes de pensée en quête de pouvoir.

Je souhaitais vérifier les citations ... et je me suis souvenu avoir conservé une version des Evangiles dans les combles de la maison (Souvenir de 1972 : "les quatre Evangiles").

Je l’ai relu intégralement, redécouvrant ce texte sous un angle nouveau ... les principes chrétiens fondés sur l’amour du prochain me parlaient tout autant que la philosophie bouddhiste.

De ce fait, j’allais élargir le champ de mes lectures en m’intéressant aussi au judaïsme comme au christianisme.

Le dalaï-lama

Je partageais peu sur mes lectures, sauf avec une collègue de travail qui me parlait de Jésus pendant que je lui parlais du Bouddha.

Elle ne cherchait pas à me convaincre ... et moi j’avais si peu de convictions.

C’est probablement sur le terrain des valeurs communes que nous nous retrouvions.

Elle semait ainsi quelques graines de foi qui m’ont permis d’avoir une autre approche du monde chrétien.

J’avais conservé de mon enfance le souvenir de l’église locale couverte de lierre, un bâtiment sinistre dans lequel ma famille ne mettait pas les pieds.

Maintenant, lorsque je visitais un village, je me dirigeais naturellement vers l’église ou la cathédrale pour apprécier ses qualités architecturales et sa fraîcheur.

Mais tout l’aspect décoratif, retables et autres chemins de croix, ne m’inspiraient pas plus que les moulins à prières tibétains.

Le dalaï-lama

Ma quête orientale atteint son point culminant à l’automne de l’an 2 000, lorsque je suis allé écouter le Dalaï-Lama de passage à Lodève.

Il disait et répétait : "Il est plus sage de demeurer dans la tradition religieuse de sa propre culture et de l'approfondir."

C’est effectivement ce qui allait se produire dans l’année suivante.

A la faveur d’autres lectures, j’allais découvrir que l’approfondissement d’une tradition religieuse, en l’occurrence celle du christianisme, peut conduire non à s’enfermer dans cette tradition mais à en atteindre le fondement : la foi !

"C’est en cherchant la Vérité que l’on trouve l’illumination, non en la proclamant."

< < < Retour à l'accueil < < < Page suivante > > > 2000 : les Verts > > >